Ce que veulent les profs : est-ce vraiment utile pour réussir ?

472 Views
Le désespéré de Gustave Courbet, huile sur toile datée de 1844 et 1845

Cet article est la toute première publication de Place plume.

Je tenais donc à parler d’un sujet important : comment faire pour arrêter de se demander ce que veulent les profs avant de commencer à travailler. C’est une problématique récurrente que j’ai souvent observé en tant que chargée de cours. On attends toujours de savoir ce que veulent les profs, mais est-ce vraiment utile ? Pourquoi attendre ?

Quand on est devant le bureau, on se pose beaucoup de questions existentielles et récurrentes concernant sa visibilité et la valeur attribuée à ses compétences. À la fac, les chances de prouver ton mérite sont peu nombreuses et très fugaces et c’est toute la difficulté : il faut savoir saisir les opportunités au vol sous la forme d’exposés oraux ou de rédactions écrites.

Faire preuve de réactivité et d’adaptation

Il ne faut rien attendre !

En bref et pour simplifier, tu es souvent sur la défensive, vulnérable, stressé(e), focus sur l’objectif, perdue dans la masse, invisible et parfois dans l’attente d’un “déblocage” qui ne viendra jamais… Très souvent, tout un tas de questions viennent interroger tes choix de parcours, tes choix de métiers et la place que tu occupes dans le monde universitaire, plus tout un tas de petites choses dont voici un florilège :

– Le prof, est-il concerné par mon absence ou ma réussite ?
– Le prof, est-il une machine à débiter du cours les yeux baissés et sur un ton monocorde avec un power point créé en 2008 et non mis à jour depuis ? – Les profs, lisent-ils entre l’introduction et la conclusion ?
– Si je commence mes fiches maintenant, est-ce que je survivrai aux partiels ? Et si je m’endors maintenant, combien de temps j’ai…
– À quoi il sert son cours ? Qu’est-ce qu’il attend de nous ?
– Pourquoi il parle aussi vite, il le fait exprès ou quoi ?

À toi de compléter cette liste… Je suis sûre que tu as plein d’idées 😉

Le premier objectif de ce kit de survie n’est pas de te trouver des excuses ou d’apporter des réponses fermes et définitives à ces questions de doute, de visibilité et de sollicitude entre étudiants et professeurs. Honnêtement, je crois que je n’ai pas de réponse à proposer pour beaucoup d’entre elles. Ces questions, on se les pose tous à un moment donné, mais elles sont aussi contreproductives, génèrent de l’angoisse et de la charge mentale parce qu’elles n’attendent pas de vraies réponses. Elles sont une perte de temps et d’énergie vitale.

Je te propose un changement de point de vue :

n’attends pas de savoir exactement ce que veulent les profs pour travailler

Quelle importance si le prof n’a pas lu entre l’introduction et la conclusion, si elles sont toutes les deux excellentes ! Ta problématique est parfaite de toute manière (si si c’est possible). Quelle importance si ta présence n’a pas illuminé sa journée, tu as tiré le meilleur de son cours…

une bonne méthode va te fournir le support dont tu as besoin pour te faire oublier les “petits défauts” des profs et les excuses bidons.

Un prof reste un humain comme les autres avec des hauts, des bas, des joies, des peines…
J’attire donc ton attention sur ceci :

Non, les profs ne sont pas parfaits ! Non, ils n’ont pas réponse à tout ! Oui, ils sont experts dans leur domaine, mais ça fait parfois longtemps qu’ils enseignent ! Parfois, ils sont fatigués ! D’autres fois, ils font aussi des erreurs ! Non, ils ne sont pas tous blasés ! Oui, certains méritent d’être connu ! Oui, ils peuvent être descendus de leur piédestal !

Pour te faire relativiser, quand on est derrière le bureau pleins de questions viennent aussi interroger notre utilité, notre sens de la pédagogie ou du ridicule, par exemple :

– Est-ce qu’ils parlent de moi entre eux ?
– Est-ce qu’ils m’ont donné un surnom ?
– Pourquoi ils ont parlé de moi au secrétariat ?
– Personne ne pose de questions dans mon cours, c’est pas normal ?
– Pourquoi ils ne prennent pas de notes ?
– J’espère qu’ils ne me trouvent pas ridicule ?
– J’espère que c’est compréhensible ce que je dis ? Sérieux ! Il s’est endormi… C’est si chiant que ça ?
– Vous voulez faire une pause (dites oui, dites oui…) 🙂

Je sais à quel point il est difficile de passer outre les défauts des profs, de ne pas se focaliser sur leur manque, mais il est aussi urgent d’arrêter de se trouver des excuses. Si tu ne sais pas par où commencer, commence n’importe où. Prends un sujet à bras le corps et approprie-le-toi.

Ton objectif est d’aller plus loin que tes profs.

On le connaît tous ce prof vieux jeu, ringard, timide, aigri, sadique, ennuyeux, dur, ou encore sympa… Certains sont remarquables, certains font peur, certains sont passionnants, certains sont sexy, d’autres chiants ou hautains, certains “notes bien”, d’autres pas du tout et on comprendra jamais pourquoi, certains sont passionnés, mais ne sont pas bon pédagogue… Je m’arrête là pour les adjectifs, tu en connais d’autres, j’en suis sûre. Dans tous les cas, c’est à toi de pallier pour tirer ton épingle du jeu (l’alerte des expressions pourries vient de sonner, désolée !)

Je te propose de prendre le contrôle avec méthode !

L’ambiance de travail à la fac est déstabilisante car très particulière : personne n’attend rien de toi, mais tu dois quand même fournir la plus grosse partie du travail pour réussir. Avoir une bonne méthode, c’est t’alléger d’un gros poids et faciliter ton quotidien. C’est aussi retrouver la confiance. J’ajouterais à cela le goût du travail bien fait pour “faire ta place et la garder” et “créer ta propre visibilité”.

Survivre à l’injonction de la sacro-sainte autonomie

Ça veut dire quoi en vrai “être autonome” ?

A-U-T-O-N-O-M-I-E : le droit de se gouverner par ses propres lois ; personne capable d’assurer les divers actes de la vie quotidienne et sociale ; qui est moralement, intellectuellement indépendant et qui mène son existence propre suivant sa propre conscience et volonté : OK

Et quand on est indépendant, ça veut dire quoi ?

I-N-D-E-P-E-N-D-A-N-C-E : personne capable de se soustraire à l’emprise de quelque chose ou de quelqu’un sur le plan émotionnel ou relationnel ; tu es capable de te passer d’autorité ou de l’influence de quelqu’un : OK

Ton entrée en fac s’accompagne généralement d’une injonction : sois autonome ! Injonction qui s’accompagne également parfois d’un : “tu es adulte maintenant” ! (Waouh, génial !) On te l’a dit sur un ton autoritaire, de prévention, d’avertissement ou de reproche. Ça-ne-veut-rien-dire…

Pourtant, c’est une réalité qu’il faut intégrer rapidement parce que sinon tu te laisses bercer par le courant et tu coules. Aller, on crève l’abcès :

oui tu es livré(e) à toi-même à la Fac !

Mais, non tu n’es pas tout(e) seul(e) !

70 % du travail se fait en bibliothèque, dans les musées, en TD ou sur ton écran. L’histoire de l’art est une matière exigeante. Oui, ce que te donnent les profs est le minimum syndical !

MAIS :

Ce n’est pas non plus parce que tu as choisi cette voie qu’il est naturel d’en souffrir ou que tu mérites d’en baver. Il n’est pas non plus honteux de demander de l’aide ou de changer de voie parce que des fois, c’est vraiment trop dur !

Lorsque tu arrives à la fac, le plus dur est de ne pas reproduire les comportements développés durant la scolarité antérieure, à savoir quantité et formes du travail à fournir notamment. Il faut véritablement changer sa façon de travailler : c’est ce que je te propose avec ce blog.

J’aimerais encore te proposer une autre vision : la fac, c’est la “capacité d’être seul en présence d’autrui”.

La fac ce n’est pas être autonome, c’est être capable :

Tu as vécu plein d’expériences constructives. Tu es capable de vaquer à tes propres occupations. Désormais, tu choisis pour toi-même pour te construire ton propre espace mental. Maintenant, tu es aussi capable de vivre et de travailler en autonomie (supra pour la définition).

Alors j’aimerais te le dire avec toute l’espérance que cette phrase suggère, respire un bon coup :

Tu es capable !

et pour t’aider à être encore plus capable voici :

Ta check-list du travail en autonomie

survivre_a_la_fac en 10 choses à faire pour combler son prof

Je découvre ma check-list !

Et toi, tu utilises quoi comme outils pour t’organiser à la fac ?

N’attends rien et garde le sourire 😉

0 Comments

Leave a Comment