Tout savoir sur les qualifications des maîtres de conférences

227 Views

Vous souhaitez devenir maître de conférences, puis professeur des universités ? Les qualifications sont une des étapes obligatoires pour y prétendre après l’obtention d’un doctorat. Annuelles, elles se déroulent généralement de septembre à décembre de chaque année. Toutefois, l’obtention du précieux titre n’est pas forcément automatique…

Comment fonctionne le recrutement dans le supérieur ?

Le monde de l’enseignement supérieur est un microcosme bien organisé. Pour espérer en faire partie, le candidat doit suivre à la lettre un protocole strict de procédures, de prérequis, d’entretiens et son lot de pièces justificatives.

Une vieille attentive des publications de postes et des calendriers de candidatures est impérative.

Les postes disponibles dans une Université française sont publiés (parfois à temps, parfois non) sur le site “Galaxie des personnels du supérieur“. Alors, démarre le temps des candidatures dématérialisées sur ce fameux site ; chose qui facilite grandement les démarches au-delà du bouche-à-oreille et du qu’en-dira-t-on…

Votre dossier est ensuite examiné, et dans l’intervalle, vous vous préparez déjà pour les “entretiens” et autres “joyeusetés” qui vous attendent devant jury pour décrocher le poste.

Avec beaucoup de chance et de détermination, vous serez peut-être titulaire. Les avancées se font ensuite en interne, le professorat étant accessible après une “HDR” ou habilitation à diriger des recherches, etc., etc.

Le recrutement des agents de l’enseignement supérieur suit une hiérarchie bien définie dans le temps et l’espace. Il faut être réactif pour arriver au bon moment, toujours sur le qui-vive et construire un dossier bien pensé…

Candidater et réussir : si simple ?!

Le recrutement des maîtres de conférences fonctionne sur une procédure en deux étapes après la soutenance : la qualification par le CNU (Conseil National des Universités) puis le concours à un poste proposé par un établissement.

La qualification suffit pour candidater aux postes universitaires.

Pourtant, il n’est pas toujours facile de la décrocher… Il faut être bien attentif aux calendriers du CNU (actualisés chaque année) et aux délais pour rassembler vos pièces justificatives. Ensuite, elle requiert quand même un certain niveau d’exigence en terme d’enseignement et de recherche. Et cela ne suffit pas toujours…

Après l’obtention de votre doctorat, vous devez prouver vos aptitudes en matière de recherche (publications, communications, diffusion…), d’enseignement (heures minimum de cours donnés), et d’activités administratives (responsabilités, élections…) auprès du Conseil National des Universités (CNU).

👉 Doctorat ou pas doctorat : ce qu’il faut savoir de l’expérience

Le CNU : qu’est-ce que c’est ?

Le CNU encadre tout ce qui touche aux qualifications, aux recrutements et à la carrière des maîtres de conférences et des professeurs d’université. Il se prononce sur les statuts, les promotions et autres avancements de carrière…

C’est une instance nationale composée d’une bonne cinquantaine de “sections”. Chacune de ces sections comprend un nombre équivalent de professeurs et de maîtres de conférences élus ou nommés pour représenter chaque discipline. Chaque bureau est renouvelé régulièrement.

En ce qui concerne l’Histoire de l’art, il faut se reporter aux sections n°21 (histoire, civilisations, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux) et n°22 (histoire des mondes modernes, histoire du monde contemporains ; de l’art ; de la musique). En consultant votre section sur le site du CNU, vous trouverez plein d’informations utiles concernant les candidatures, les qualifications, la composition du bureau…

Comment se déroule les qualifications ?

Respecter les échéances et le calendrier

Candidatures, postes et montées en grade sont réglementés sur le plan national. Chacune de ces procédures s’enchaîne dans une organisation contrôlée allant des qualifications pour les petits nouveaux à la titularisation en passant par les concours et les suivis de carrière pour les anciens.

Le calendrier est disponible dans l’onglet “Qualifications” sur la page d’accueil. Je vous conseille de l’intégrer à votre agenda perso avec des dates butoirs bien visibles et des rappels réguliers !

1 : page dédiée aux qualifications sur le site Galaxie

Chaque procédure se déroule sur une période de candidature plus ou moins longues d’octobre à décembre. C’est dans ce temps imparti qu’il faudra déposer votre dossier. L’inscription se fait début octobre sur le site Galaxie. Le dépôt des pièces et l’envoi du dossier cours jusqu’à la mi-décembre. Et ça passe vite ! 

Ensuite, les rapporteurs rédigent leurs rapports, puis la section décerne ou refuse la qualification après débat.

Connaître les critères d’évaluation

Globalement, les rapporteurs vont juger de la qualité de votre thèse et de vos publications. On notera également le nombre de celles-ci. L’expérience d’enseignement (nombre minimal d’heures d’enseignement) est aussi attentivement appréciée.

Dans ce sens, un dossier de recherche important peut contrebalancer une expérience d’enseignement moindre et vice-versa. Mais dans tous les cas, votre parcours est étudié de près ainsi que votre capacité à enseigner dans le supérieur.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à demander à un professeur ou un maître de conférences de votre université. Et si vous envisagez une thèse, parlez des qualifications avec votre directeur dès votre rendez-vous.

Anticiper les pièces justificatives

La liste des pièces justificatives est accessible sur la page d’accueil du site (cf. illustration 1). Attention ! Il faudra rassembler les pièces “générales” demandées par le CNU et les pièces “complémentaires” demandées par votre section (d’où l’importance de connaître sa section…).

Le dossier est, ceci étant dit, plutôt simple à constituer lorsqu’on est méticuleux !

En 2021, voici ce que mon dossier devait comporter :

Un diplôme de doctorat ou une attestation de réussite

Mon précieux rapport de soutenance en intégralité avec signatures du jury

Un joli CV récent et (très) détaillé

Et puis, une à trois publications de qualités, classées et normées

La section n°21 à laquelle je suis rattachée demandait également :

Un CV limité à huit pages

Ma “magnifique” thèse

Tout dossier incomplet est déclaré irrecevable… Tout retard peut entrainer un refus.

Valoriser ces compétences avant et après le doctorat

Votre dossier devra montrer cohérence et évolution ainsi qu’un degré de qualité des publications et des enseignements (secondaire ou supérieur, contenu, heures, fonction, niveau, groupes…).

Il est également attendu de mettre en avant les financements obtenus (allocation de recherche ; monitorat ; ATER ; contrat de recherche…), les heures d’enseignements et votre fonction (vacataires, attachés, ATER…), votre expérience du terrain (lieu, durée, rapports…), vos compétences en langues, vos productions (communications, posters, ateliers…)

Enfin, vos domaines de recherches seront également regardés. Présentez vos problématiques ainsi que vos compétences et les mots-clés de votre domaine de prédilection.

Aujourd’hui, la barrière de l’emploi et la rareté des postes est un fort motif de refus de qualification. Travaillez bien vos dossiers pour sortir du lot !

👉 Vivre d’une thèse en histoire de l’art : rêves vs réalité

Partagez votre expérience des qualifications ou de vos candidatures dans les commentaires ! On échange également ensemble sur les réseaux 👇 A très vite !

2 Comments
  • Stéphanie

    Répondre

    Bonjour,
    Tu as des statistiques sur le nombre de dossiers déposés par poste proposé ? Je sais que dans toutes les disciplines ou presque, il y a très peu d’élus mais en histoire de l’art, étant donné que les débouchés sont peu nombreux, je suppose que c’est très très tendu…
    Merci et bonne journée
    Stéphanie

    • Clémence

      Merci pour ce commentaire. Tu poses une question très intéressante. Effectivement, les statistiques sur le nombre de dossiers déposés ne sont pas “officiellement” accessibles. Les Universités ne jouent pas la carte de la transparence à ce sujet et c’est bien dommage. Malgré tout, certaines sections avec le CNU poussent à une plus grande visibilité des procédures, des candidats et des jurés. L’initiative “Wiki audition” vise justement à favoriser cet accès aux recrutements universitaires. Pour l’année 2021, ce site participatif a publié un article sur Hypotheses avec le nombre de postes et de candidats auditionnés pour la section 21 (voici le lien : https://afhe.hypotheses.org/suivi-des-recrutements) et force est de constater que les places sont effectivement chères (entre 4 à 8 personnes candidates par poste) même si les propositions de postes sont au rendez-vous pour cette année. À suivre pour 2022…

Leave a Comment